Comment peindre sans faire de traces ?

Vous souhaitez réaliser des travaux et refaire la peinture de vos murs ? Ceci est un métier et si vous ne respectez pas certaines règles, le résultat ne sera pas au rendez-vous. On remarque souvent lors de travaux non-professionnels que des traces sont laissées sur les murs. Ces traces sont dues à une technique non maitrisée, c’est pourquoi nous vous avons sélectionné quelques conseils de pro qui vous faciliteront la tâche pour ne pas faire de traces sur vos murs.

Comprendre pour agir : d’où viennent les traces ?

Avant de directement passer aux différentes façons de ne pas laisser de traces, il est important de comprendre comment elles arrivent, pourquoi est-ce que je fais des traces lorsque je peins ?

Les traces peuvent être causées par plusieurs facteurs. Aussi minimes soient-ils, ces facteurs représentent des petits détails qui font la différence, à ne pas prendre à la légère ! Les traces peuvent tout d’abord venir de l’environnement. En effet, si la température est basse, trop haute ou si l’air est très humide, cela formera forcément des traces. On peut comparer cela à un plat cuisiné : si le feu est trop fort, il brule (la peinture elle, sèche trop vite), s’il est trop bas, il ne cuit pas (la peinture peut geler en cas de trop faible température) et s’il y a trop d’eau, le plat est totalement dilué et le goût s’en va (pareil pour la peinture, il n’y a plus d’accroche et le produit se dilue). Ainsi, porter une attention particulière à l’environnement et au temps (surtout en extérieur) est important. Résultat : la température idéale pour peindre une pièce est entre 10° et 20°.

D’autres causes, plus techniques et pratiques peuvent créer des traces. Ces dernières peuvent notamment être contrôlées. On parle ici de « traces de reprise » qui se forment à cause d’un temps de séchage trop rapide due à un arrêt de l’application de la peinture sur le support. Il faut ainsi faire attention lorsque vous faîtes des pauses, cela représente la cause principale de traces murales. De même, et ce qui peut paraître le plus évident : la qualité de la peinture et des outils. Il est primordial d’utiliser une peinture qualitative avec des outils choisis avec soin. Passez à la suite pour plus de détails.

Règle universelle : choisir les bons outils de peinture

De quoi avons-nous besoin pour peindre ? Deux choses : de la peinture et des rouleaux/pinceaux.

La peinture est ce qu’on va appliquer, ce qui va composer votre pièce et ce qui va vous entourer au quotidien pendant les 20 prochaines années. Pourquoi vous priver alors d’une peinture de qualité ? En plus de ne laisser aucune trace, une peinture de qualité vous permet d’avoir une atmosphère reposante dans votre pièce. En effet, une peinture qualitative comme la peinture Onip Clean’Odeur peut par exemple vous permettre d’éliminer les mauvaises odeurs (transpiration, tabac, graisse, nourriture…). Autre exemple, la peinture Label’Onip Clean’R permet de détruire les molécules de formaldéhydes, premières causes de pollution de l’air intérieur. Choisir des peintures respectueuses de l’environnement peut aussi être un bon moyen d’allier qualité et engagement.

Plus techniquement, une peinture de qualité accroche, ses composants sont faibles en eau et permettent donc d’avoir un résultat optimal en très peu de couches. A l’inverse, une peinture de mauvaise qualité est fortement diluée et n’accroche pas très bien au mur, elle représente un coût plus faible que celles de qualité mais demandent beaucoup plus de couches à mettre et ainsi plus de quantité à appliquer : du temps de perdu mais aussi de l’argent, et un résultat beaucoup moins net (avec plus de chances d’avoir des traces). Comme on dit, « le prix s’oublie mais la qualité reste ».

Le choix des outils est aussi très important, on n’applique pas une peinture de qualité avec un pinceau premier prix. Cette règle est à respecter dans tous les domaines : même avec le meilleur carburant, il est impossible d’atteindre les 150km/h avec un vieux moteur et une voiture d’occasion, en peinture c’est la même chose !

Un bon pinceau ou un bon rouleau doit être adapté à son utilisation. Il faut d’abord choisir le type de pinceau selon la surface à traiter (voir notre article sur Comment choisir son rouleau ou sa brosse). Ensuite, choisir de la qualité est indispensable. Cela passe par des poils souples qui ne s’arrachent pas au premier coup de pinceau. De même, optez pour des pinceaux avec des matériaux de qualité qui résistent dans le temps.

Les techniques pour une surface lisse et parfaite

Place au vif du sujet : l’application de la peinture. Même si la préparation et l’anticipation représente toujours la base d’un travail de qualité, cette dernière n’est pas non plus à négliger. Ci-dessous les règles à respecter pour un travail lisse sans trace ni écart.

Règle n°1 : Utilisez un environnement favorable

Comme dit précédemment, l’environnement est important. Il doit être favorable à l’application de la peinture. Ni trop chaud, ni trop froid, c’est la règle ! Si ce n’est pas le cas, le temps de séchage de la peinture ne sera pas optimal et pourra poser quelques problèmes. Sans se répéter, une température entre 10° et 20° est parfaite !

Règle n°2 : Pour une adhérence maximale, optez pour une couche de fond

Une couche de fond (ou sous-couche) permet de donner une base au mur. On utilise une peinture destinée à la sous-couche afin que les couches d’après ne fassent pas des traces. S’il n’y a pas de sous-couche, une partie de la peinture pourrait être absorbée par le mur, ce qui peut créer des différences de niveaux et des potentielles traces.

Règle n°3 : Soyez organisé(e) et méthodique

Pendant l’application de la peinture, il y a différents petits détails auxquels on ne pense pas forcément mais qui peuvent faire la différence.

Tout d’abord, commencez par le côté qui convient à notre orientation. Commencer du côté droit signifie que la partie gauche sera libre pendant l’application de la peinture, il est donc plus logique pour un droitier de commencer par ce côté, cela évitera de toucher la partie peinte avec le côté gauche de son corps. De la même façon, les gauchers commenceront par le côté gauche, c’est beaucoup plus pratique.

Pour protéger les coins, les prises et les sols, les bandes adhésives sont indispensables. Elles permettent de ne pas peindre sur ces parties et de ne pas « dépasser ». Cette simple application représente une réelle différence pendant les travaux.

Dans sa manière de peindre, la façon la plus utilisée est la linéarité. Peindre par bande permet d’être propre, organisé en esquivant les risques de peindre par-dessus une couche déjà réalisée.

Enfin, commencez par les angles avec un pinceau adapté (petit et rond en général) permet d’éviter les traces et d’être plus organisé dans son travail.

Règle n°4 : Contrôler la quantité de peintures sur le rouleau/pinceau (ni trop peu, ni trop)

La quantité de peintures utilisée sera déterminante sur l’aspect des différentes couches. Elle sera plus ou moins grande selon la qualité de la peinture que vous allez utiliser. Partons sur le principe que vous achetez une peinture de bonne qualité. Étant qualitative et dense, inutile d’utiliser trop de peinture, cela pourra justement créer des traces inutiles. Privilégiez l’application de plusieurs couches (en respectant le temps de séchage pour chacune d’elles) en gardant à l’esprit une linéarité tant dans l’application sur les surfaces que dans la quantité de peinture à utiliser.

La quantité de forces appliqué au rouleau (pour les grandes surfaces) doit aussi être contrôlée. Plus on met de la force, plus la quantité de peinture appliquée sera grande, ce qui donne potentiellement plus de chances à l’apparition de traces. Ce n’est pas pour rien que la peinture est considérée comme un art !

Règle n°5 : Allez jusqu’au bout de votre travail

Nous vous avons expliqué que réaliser différentes couches est primordial pour un résultat parfait. C’est le cas lorsque ces couches sont réalisées en une fois ! Dès l’instant où une couche est lancée, la pause est interdite ! Le fait de s’arrêter en cours de route donnera le temps à la peinture de sécher et de fausser le marquage et le rendu pendant son application. L’objectif est de ne pas voir de démarcation.

Règle n°6 : Pour finir, laissez la pièce respirer

Après la pièce finie, il est important de la laisser respirer. Quand on parle de « respirer », cela ne signifie pas de la laisser au gré de la pluie et du vent, au contraire. On utilisera un ventilateur pour faire sécher la peinture, ou une aération naturelle en ouvrant les fenêtres et les portes (cela est aussi bénéfique pour l’odeur…), en faisant attention au temps extérieur !

Pour un résultat garanti sans trace, des peintres professionnels sont à votre disposition

Onip possède tout un réseau de peintres professionnels répartis dans toute la France. Experts du métier et connaissant tous ses rouages, ces professionnels interviennent dans tout le pays pour réaliser les murs intérieurs et extérieurs avec les peintures Onip. Pour plus d’informations, nous sommes à votre disposition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

What Do You See?      
 

contact
Points de vente
Fiches techniques
Documents commerciaux
Suivez-nous !

facebook peintures onip

Suivez onip sur Twitter

Suivez onip sur YouTube

Fiches pratiques peintures et revetements fonction decorative

Mentions Légales | Politique de confidentialité | Peinture murale | peinture plafond | Ravalement de façades | Décoration des bois | Nuancier interactif | Espace Presse

Copyright © [2014]. Tous droits réservés.

Site créé par l'agence Cap Visibilité